Changement de carrière: comment s’y prendre après 40 ans?

Il peut être particulièrement stressant de changer de carrière quand on approche des 40 ans. Je ne peux que vous l’assurer car moi-même j’ai 45 ans, et me lancer dans une nouvelle direction professionnelle n’a pas été une mince affaire. De nombreuses personnes envisagent peut-être un tel changement de carrière à cet âge, mais peu l’osent en fin de compte. Il se peut que comme moi, vous soyez aussi à un tournant décisif de votre vie. Vous vous demandez s’il faut changer de travail ou si vous avez toutes les aptitudes nécessaires pour vous engager dans cette voie?

Voici quelques étapes que j’ai suivi, et qui vous seront certainement utiles également.

1. Trouvez la bonne motivation

Il m’a fallu m’asseoir et me demander pour quelle raison j’avais envie de changer de métier la quarantaine passée. Même si la perspective peut être très intéressante, je me dois de vous dire que ce n’est pas aussi simple à 40 ans. Il est important que vous preniez le temps de savoir ce qui motive ce changement. S’il s’agit d’une mauvaise ambiance au travail, je vous suggère plutôt de chercher des solutions pour l’améliorer au lieu de partir. Vous rencontrerez des collègues grognons partout et changer de métier n’est pas la solution. En clair, ce que je vous demande, c’est de trouver une vraie bonne raison de changer de travail à 40 ans.

2. Evaluez le marché et vos compétences

N’allez surtout pas croire qu’on improvise un changement de métier à partir de 40 ans. Quand j’ai décidé de le faire, il m’a fallu prendre une feuille et le temps d’évaluer mes attentes, mes perspectives, mes compétences.

Il est important que vous sachiez exactement ce que vous comptez faire par la suite. Il peut s’agir d’une formation que vous avez envie de suivre, créer votre emploi, etc. une fois cela déterminé, je vous conseille de faire un inventaire des compétences que vous possédez. Savoir ce que vous pouvez apporter à une entreprise et les domaines qui constituent votre force s’avère très important. C’est ce qui m’a permis d’envisager plus sereinement ma reconversion. Plus précis sera votre bilan et moins vous commettrez d’erreurs dans la suite de votre reconversion professionnelle.

Pour finir, il vous sera indispensable d’évaluer le marché et les réels besoins du secteur que vous envisagez intégrer. Il serait dommage de vous lancer dans quelque chose dans lequel il n’y aucune demande et encore moins de la clientèle.

3. Evaluez votre investissement

C’est souvent à ce niveau que de nombreux quadragénaires qui souhaitent se reconvertir processionnement perdent pied. J’ai également failli y passer. Sans une bonne évaluation de ce que vous coûtera cette reconversion, vous n’irez pas bien loin. Cela veut dire qu’il faut prendre en compte les frais d’une possible formation, d’un déménagement, et le nécessaire pour vivre en attendant de rebondir financièrement. Déterminez aussi le prix affectif et psychologique que votre famille devra payer si vous prenez une telle décision. Il est important de recueillir leur avis sur le sujet, car votre épanouissement en dépend également.

4. Quittez votre emploi en bon termes

Ne faites pas cette erreur que commettent de nombreux quadragénaires à savoir quitter votre ancien employeur en mauvais termes. Je vous suggère vivement de rester professionnel jusqu’à la fin et de vous séparer dans les meilleurs termes. Pourquoi ? Les plus de 40 ans quittent souvent leur travail sans vraiment embrasser un autre secteur professionnel. Il est donc probable que votre ancienne entreprise devienne un futur partenaire, un concurrent ou même un client. Rien ne vous dit que vous ne serez pas amené à travailler avec vos anciens collègues plus tard.

Releated

Zoom sur le marché français de l’emploi en 2020

Pour 2020, le marché français de l’emploi est assez confiant et serein. C’est du moins ce qui ressort d’une étude menée par le cabinet de recrutement Robert Half. En général, les dirigeants envisagent déployer de nouvelles stratégies en accentuant le recrutement de 4 nouveaux profils. Ce sont les experts en technologie de l’information, les experts […]